Charles-Quint au monastère de Saint-Just



L’empereur vit, un soir, le soleil s’en aller ;
Il courba son front triste, et resta sans parler.
Puis, comme il entendit ses horloges de cuivre,
Qu’il venait d’accorder, d’un pied boiteux se suivre,
Il pensa qu’autrefois, sans avoir réussi,
D’accorder les humains il avait pris souci.
– Seigneur, Seigneur! dit-il, qui m’en donna l’envie?
J’ai traversé la mer onze fois dans ma vie ;
Dix fois les Pays-Bas ; l’Angleterre trois fois ;
Ai-je assez fait la guerre à ce pauvre François!
J’ai vu deux fois l’Afrique et neuf fois l’Allemagne,
Et voici que je meurs sujet du roi d’Espagne!
Eh! que faire à régner? je n’ai plus d’ennemi ;
Chacun s’est dans la tombe, à son tour, endormi.
Comme un chien affamé, l’oubli tous les dévore ;
Déjà le soir d’un siècle à l’autre sert d’aurore.
Ai-je donc, plus habile à plus longtemps souffrir,
Seul parmi tant de rois, oublié de mourir?
Ou, dans leurs doigts roidis quand la coupe fut pleine,
Quand le glaive de Dieu, pour niveler la plaine,
Décima les grands monts, étais-je donc si bas,
Que l’archange, en passant, alors ne me vit pas?
M’en vais-je donc vieillir à compter mes campagnes,
Comme un pasteur ses bœufs descendant des montagnes,
Pour qu’on lise en mon cœur les leçons du passé,
Comme en un livre pâle et bientôt effacé?
Trop avant dans la nuit s’allonge ma journée.
Dieu sait à quels enfants l’Europe s’est donnée!
Sur quels bras va poser tout ce vieil univers,
Qu’avec ses cent Etats, avec ses quatre mers,
Je portais dans mon sein et dans ma tête chauve!
Philippe!… que saint Just de ses crimes le sauve!
Car du jour qu’héritier de son père, il sentit
Que pour sa grande épée il était trop petit,
N’a-t-il pas échangé le ciel contre la terre,
Contre un bourreau masqué son confesseur austère?
La France!… oh! quel destin, en ses jeux si profond,
Mit la duègne orgueilleuse aux mains d’un roi bouffon,
Qui s’en va, rajustant son pourpoint à sa taille,
Aux oisifs carrousels se peindre une bataille!
Ah! quand mourut François, quel sage s’est douté
Que du seul Charles-Quint il mourait regretté?
Avec son dernier cri sonna ma dernière heure.
Où trouver maintenant personne qui me pleure?
Mon fils me laisse ici m’achever ; car enfin
Qui lui dira si c’est de vieillesse ou de faim?
Il me donne la mort pour prix de sa naissance!
Mes bienfaits l’ont guéri de sa reconnaissance.
Il s’en vient me pousser lorsque j’ai trébuché. –
C’est bien. – Je vais tomber. – Le soleil s’est couché!
Ô terre! reçois-moi ; car je te rends ma cendre!
Je vins nu de ton sein, nu j’y vais redescendre.

C’est ainsi que parla cet homme au cœur de fer ;
Puis, se voyant dans l’ombre, il eut peur de l’enfer!
– Ô mon Dieu! si, cherchant un pardon qui m’efface,
Je trouvais la colère écrite sur ta face,
Comme ce soir, mon œil, cherchant le jour qui fuit,
Dans le ciel dépeuplé ne trouve que la nuit!
Quoi! pas un rêve, un signe, un mot dit à l’oreille,
Dont l’écho formidable alors ne se réveille!
Non! – Rien à vous, Seigneur, ne peut être caché.
Kyrie eleison! car j’ai beaucoup péché! “

Alors, avec des pleurs il disait sa prière,
Les genoux tout tremblants et le front sur la pierre.
Tout à coup il s’arrête, il se lève, et ses yeux
Se clouaient à la terre et sa pensée aux cieux.

Voici que, sur l’autel couvert de draps funèbres,
Les lugubres flambeaux ont rompu les ténèbres
Et les prêtres debout, comme de noirs cyprès,
S’assemblent, étonnés des sinistres apprêts.
Et les vieux serviteurs disaient : – Qui donc va naître
Ou mourir? – et pourtant priaient sans le connaître ;
Car les sombres clochers s’agitaient à grand bruit,
Et semblaient deux géants qui pleurent dans la nuit.
Tous frappaient leur poitrine et respiraient à peine.
Sous les larmes d’argent le sépulcre d’ébène
S’ouvrait, lit nuptial par la mort apprêté,
Où la vie en ses bras reçoit l’éternité.
Alors un spectre vint, se traînant aux murailles,
Livide, épouvanter les mornes funérailles.
Maigre et les yeux éteints, et son pied, sur le seuil
De granit, chancelait dans les plis d’un linceul.
– Qui d’entre vous, dit-il, me respecte et m’honore?
(Et sa voix sur l’écho de la voûte sonore
Frappait comme le pas d’un hardi cavalier.)
Qu’il s’en vienne avec moi dormir sous un pilier!
Je m’y couche, et j’attends que m’y suive qui m’aime.
Pour ceux qui m’ont haï, je les suivrai mot-même ;
Ils y sont. – Prions donc pour mes crimes passés ;
Pleurons et récitons l’hymne des trépassés!
Il marcha vers sa tombe, et pâlit : – Qui m’arrête,
Dit-il? Ne faut-il pas un cadavre à la fête?

Et le cercueil cria sous ses membres glacés,
Puis le chœur entonna l’hymne des trépassés.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Verset Charles-Quint au monastère de Saint-Just - Alfred de Musset