L’enfant et les deux chiens

Fable XV, Livre I.

Pauvre Turc! qu’il est bon! le charmant caractère!
S’écriait un enfant en promenant sa main
Sur un dogue enchaîné qui, dit-on, par dédain,
Impunément le laissait faire.
Vilain Fox! comme il est méchant!
Dit un moment après le même personnage,
Agaçant un barbet qui, malgré maint outrage,
Mordait à peine en se fâchant.
Papa, c’est celui-ci qu’il faut mettre à la chaîne ;
L’autre, dans la maison, doit errer librement.
Le père avait la tête saine,
Et pensa tout différemment.
– Mon enfant, moins de promptitude,
À porter condamnation!
Tu juges sur une action ;
Il faut juger sur l’habitude.
Différons donc, si tu m’en crois,
De rien changer à l’ancien ordre ;
Car si Fox a mordu, c’est la première fois ;
C’est la première aussi que Turc cesse de mordre.


Verset L’enfant et les deux chiens - Antoine-Vincent Arnault