La chasse au renard

Fable XVII, Livre II.

À qui diable en veut cet Anglais?
Il sort du lit avant l’aurore,
Laisse dormir sa femme, éveille ses valets,
Et court déjà les champs qu’il n’est pas jour encore.
Le silence a fui loin des bois ;
Comme ceux des murs où nous sommes,
Leur écho redit à la fois
Les jurements, les cris, les voix
Des chiens, des chevaux et des hommes.
Mais quoi! le limier est lâché ;
Sur ses pas, en hurlant, le chien courant détale :
La queue en l’air, le nez à la terre attaché,
Des bassets suit la meute intrépide et bancale.
Un commun espoir les soutient.
On trotte, on court, on va, l’on vient ;
On se rejoint, on se sépare ;
On presse, on retient son essor,
Au gré des sons bruyants du cor,
Au caprice de la fanfare.
Point de repos : bêtes et gens,
À qui mieux mieux chacun s’excite.
Mais tombe enfin qui va si vite ;
Tout l’équipage est sur les dents.
Couvert d’écume et de fumée,
Le coursier du maître est rendu ;
Plus d’un chien haletant sur l’herbe est étendu,
Et de sa gueule en feu pend sa langue enflammée.
Milord, qui de chemise a besoin de changer,
Et lentement chez soi retourne à la nuit noire,
À passé le jour sans manger,
Et, qui pis est pour lui, sans boire!
Et pourquoi tant de bruit, tant de soins, tant de mal?
Pour forcer un triste animal
Qui perd, aussitôt qu’on l’attrape,
Le prix qu’il semble avoir alors qu’il nous échappe ;
Et, loin de nous valoir ce qu’il nous a coûté,
N’offre à l’heureux vainqueur de tous ses stratagèmes,
Qu’un mets auquel deux fois on n’a jamais goûté,
Et dont les chiens à jeun ne veulent pas eux-mêmes!

Toi qui possèdes la grandeur,
Et t’es éreinté sur sa trace,
S’il se peut, parle avec candeur ;
As-tu fait plus heureuse chasse?


Verset La chasse au renard - Antoine-Vincent Arnault