Triptyque (2)

L’Arrhée parle.

Ces croupes que fouaille
Un vent forcené,
Ce sont les Mené
De la Cornouaille.

Clameurs, bonds d’effroi.
Tout en eux m’agrée :
Car je suis l’Arrhée,
Leur pâtre et leur roi.

Sur leur maigre échine,
D’Evran au Relecq,
Le vent ronfle avec
Un bruit de machine.

J’emplis mes poumons
De sa rauque haleine
Et pais dans la plaine
Mon troupeau de monts.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)

Verset Triptyque (2) - Charles Le Goffic