Le long de la rivière

Le Gapeau chantait une chanson folle
De joie et d’amours ;
Son onde tordait sur l’arène molle
Mille et un détours ;

Et moi j’allais, triste, avec l’âme pleine
De papillons noirs ;
J’avais promené du val à la plaine
De vieux désespoirs.

Je songeais à tout ce qui fait de l’ombre :
À la nuit, au sort ;
Je ne voyais plus que du côté sombre
La vie et la mort ;

Et, trouvant enfin ennuyeux de vivre
Comme de mourir,
Regardant le monde ainsi qu’un vieux livre
Qu’on est las d’ouvrir,

Tout me semblait laid, l’ortie et la rose,
L’astre et le flambeau…
Soudain je vous vis : ô métamorphose!
Tout redevint beau.

Vous étiez ensemble une fleur qui brille,
Un souffle embaumé ;
J’étais une autre âme, ô ma jeune fille,
Car j’avais aimé!

Votre pied suivait sur l’arène molle
Mille et un détours,
Et moi j’entonnais une chanson folle
De joie et d’amours!


Verset Le long de la rivière - Jean Aicard