Le soir

Seule avec toi dans ce bocage sombre?
Qu’y ferions-nous? à peine on peut s’y voir.
Nous sommes bien! Peux-tu désirer l’ombre?
Pour se perdre des yeux c’est bien assez du soir!
Auprès de toi j’adore la lumière,
Et quand tes doux regards ne brillent plus sur moi,
Dès que la nuit a voilé ta chaumière,
Je me retrouve, en fermant ma paupière,
Seule avec toi.

Sûr d’être aimé, quel voeu te trouble encore?
Si près du mien, que désire ton coeur?
Sans me parler ta tristesse m’implore :
Ce qu’on voit dans tes yeux n’est donc pas le bonheur?
Quel vague objet tourmente ton envie?
N’as-tu pas mon serment dans ton sein renfermé?
Qui te rendra ta douce paix ravie?
Dis! Quel bonheur peut manquer à ta vie,
Sûr d’être aimé?

Ne parle pas! Je ne veux pas entendre :
Je crains tes yeux, ton silence, ta voix.
N’augmente pas une frayeur si tendre ;
Hélas! Je ne sais plus m’enfuir comme autrefois,
Je sens mon âme à la tienne attachée,
J’entends battre ton coeur qui m’appelle tout bas :
Heureuse, triste, et sur ton sein penchée,
Ah! Si tu veux m’y retenir cachée,
Ne parle pas!

Verset Le soir - Marceline Desbordes-Valmore