À Madame ***



Jeune ange aux doux regards, à la douce parole,
Un instant près de vous je suis venu m’asseoir,
Et, l’orage apaisé, comme l’oiseau s’envole,
Mon bonheur s’en alla, n’ayant duré qu’un soir.

Et puis, qui voulez-vous après qui me console?
L’éclair laisse, en fuyant, l’horizon triste et noir.
Ne jugez pas ma vie insouciante et folle ;
Car, si j’étais joyeux, qui ne l’est à vous voir?

Hélas! je n’oserais vous aimer, même en rêve!
C’est de si bas vers vous que mon regard se lève!
C’est de si haut sur moi que s’inclinent vos yeux!

Allez, soyez heureuse ; oubliez-moi bien vite,
Comme le chérubin oublia le lévite
Qui l’avait vu passer et traverser les cieux!

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Verset À Madame *** - Alfred de Musset