L’écureuil qui tourne dans sa cage

Fable VIII, Livre V.

 » Laridon, soit dit sans reproche,
C’est un sot métier que le tien,  »
Disait un écureuil à certain citoyen
Qui de son espèce était chien
Et de son métier tournebroche.
 » Pardon, petit ami, pardon ;
 » Mais ce que tu dis là, répond le Laridon,
 » On le dirait peut-être avec plus de justice,
 » Du métier que le long du jour
 » Tu fais enfermé dans ce tour.
 » – Ce n’est pas un métier ; ce n’est qu’un exercice.
 » – J’estime autant l’oisiveté.
 » Cesse de tirer vanité
 » De consommer ta force en efforts si futiles ;
 » Et méprise un peu moins mon humble activité.
 » Tous tes pas sont perdus ; tous les miens sont utiles. « 


Verset L’écureuil qui tourne dans sa cage - Antoine-Vincent Arnault