Le bonheur

Stances irrégulières.
À Madame la princesse D’Hatzfeld.

Le bonheur ici-bas tient à bien peu de chose.
Vous ne l’ignorez pas ; vous savez, d’après vous,
Que le sort au hasard porte souvent ses coups,
Et que l’aquilon en courroux
N’épargne pas même la rose.

Aussi n’êtes-vous pas de ces cœurs rigoureux
Qui, prompts à condamner ceux que le sort opprime,
Dans un revers n’ont jamais vu qu’un crime ;
Compatissante aux malheureux,
Étrangère aux calculs d’une froide prudence,
Aussi vous voyons-nous réparer envers eux
Les oublis de la Providence.

Bien qu’à l’agneau tondu Dieu mesure le vent,
J’aime qu’une bergère ait un cœur secourable.
Dieu ne souffle pas seul, hélas! et plus souvent
Aux tondeurs qu’aux tondus le vent est favorable.

Au vent qui m’a fané reverdit Richelieu.
Pauvres humains! point de milieu :
Oui, dans ce siècle impitoyable,
Dès qu’on vous recommande à Dieu,
C’est qu’on vous abandonne au diable.

Le doigt divin pourtant se révèle à moitié
Dans les maux dont il frappe une âme peu commune.
Didon devint meilleure au sein de l’infortune ;
En éprouvant la peine elle apprit la pitié.
L’or s’épure ainsi dans la flamme.
Comme elle, belle et bonne, ah! qu’il vous sied, madame,
D’apprendre à cette école autant qu’elle en apprit.
C’est le propre d’un bon esprit,
Tout autant que d’une belle âme.


Verset Le bonheur - Antoine-Vincent Arnault