Espoir timide

Chère âme, si l’on voit que vous plaignez tout bas
Le chagrin du poète exilé qui vous aime,
On raillera ma peine et l’on vous dira même
Que l’amour fait souffrir, mais que l’on n’en meurt pas.

Ainsi qu’un mutilé qui survit aux combats,
L’amant désespéré qui s’en va, morne & blême,
Loin des hommes qu’il fuit et de Dieu qu’il blasphème,
N’aimerait-il pas mieux le calme du trépas?

Chère enfant, qu’avant tout vos volontés soient faites!
Mais, comme on trouve un nid rempli d’œufs de fauvettes,
Vous avez ramassé mon cœur sur le chemin.

Si de l’anéantir vous aviez le caprice,
Vous n’auriez qu’à fermer brusquement votre main,
– Mais vous ne voudrez pas, j’en suis sûr, qu’il périsse!

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Verset Espoir timide - François Coppée