À la nuit

Douce Nuit, ton charme paisible
Du malheureux suspend les pleurs ;
Nul mortel n’est insensible
À tes bienfaisantes erreurs.
Souvent dans un cœur rebelle
Tu fais naître les désirs ;
Et l’amour tendre et fidèle
Te doit ses plus doux plaisirs.

Tu sais par un riant mensonge,
Calmer un amant agité,
Et le consoler, en songe,
D’une triste réalité.
Ô Nuit! pour la douleur sombre,
Et pour le plaisir d’amour
On doit préférer ton ombre
À l’éclat du plus beau jour.

Comme dans le sein d’une amie
On aime à verser sa douleur,
C’est à toi que je confie
Les premiers soupirs de mon cœur.
Cache-moi, s’il est possible,
L’objet de mon tendre effroi.
Comme moi s’il est sensible,
Qu’il soit discret comme toi!

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Verset À la nuit - Marceline Desbordes-Valmore