Au sommeil



Image de la mort, effroi du tendre amour,
Sommeil, emporte au loin ce songe épouvantable!
La mort est dans l’adieu d’un ami véritable :
Ah! ne m’avertis pas que l’on se quitte un jour!

Dans ton vol escorté de fantômes livides,
Va rendre, s’il se peut, la mémoire aux ingrats ;
Passe comme un miroir devant ces cœurs arides,
Et sous leurs traits hideux va leur tendre les bras!

Que l’avare, étendu dans son étroite couche,
Rêve une fausse clef près d’atteindre son or ;
Qu’il crie, et que sa voix meurt au fond de sa bouche,
Et qu’un bras invisible entr’ouvre son trésor!

Qu’il entende compter ses richesses cachées ;
Que la lampe expirante y jette sa lueur ;
Paralyse ses mains sur lui-même attachées,
Et qu’il tremble, inondé d’une froide sueur!

Va tromper des tyrans les pâles sentinelles,
Fais circuler la crainte autour de leurs rideaux ;
Dissipe les grandeurs qu’ils croyaient éternelles,
Et de pavots sanglants épaissis leurs bandeaux!

Force de ce palais l’enceinte inaccessible ;
Ose annoncer la mort au cœur d’un mauvais roi ;
Ordonne à ce cœur insensible
D’être au moins sensible à l’effroi!

Montre-lui la vengeance implacable, dans l’ombre,
Sous les traits d’un esclave armé de tous ses fers ;
Montre-lui le poignard au feu mourant et sombre
Des yeux qu’il fit pleurer : c’est le feu des enfers.

Que le beffroi s’ébranle, et tinte à son oreille
La fureur populaire et son nom abhorré ;
Que sa porte d’airain en tombant le réveille
Et qu’il ne puisse fuir par la peur égaré!

Mais laisse à l’amour pur des songes sans alarmes ;
Laisse au temps à dissoudre un nœud si doux, si fort!
Malheureux, quand l’amour daigne enchanter nos larmes,
On ne veut plus croire à la mort!

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Verset Au sommeil - Marceline Desbordes-Valmore