Malheur à moi

Ah! ce n’est pas aimer que prendre sur soi-même
De pouvoir vivre ainsi loin de l’objet qu’on aime.
André Chénier.

Malheur à moi! je ne sais plus lui plaire ;
Je ne suis plus le charme de ses yeux ;
Ma voix n’a plus l’accent qui vient des cieux,
Pour attendrir sa jalouse colère ;
Il ne vient plus, saisi d’un vague effroi,
Me demander des serments ou des larmes.
Il veille en paix, il s’endort sans alarmes :
Malheur à moi!

Las de bonheur, sans trembler pour ma vie,
Insoucieux, il parle de sa mort!
De ma tristesse il n’a plus le remord,
Et je n’ai pas tous les biens qu’il envie!
Hier, sur mon sein, sans accuser ma foi,
Sans les frayeurs que j’ai tant pardonnées,
Il vit des fleurs qu’il n’avait pas données :
Malheur à moi!

Distrait d’aimer, sans écouter mon père,
Il l’entendit me parler d’avenir ;
Je n’en ai plus, s’il n’y veut pas venir.
Par lui je crois, sans lui je désespère ;
Sans lui, mon Dieu! comment vivrai-je en toi?
Je n’ai qu’une âme, et c’est par lui qu’elle aime ;
Et lui, mon Dieu, si ce n’est pas toi-même,
Malheur à moi!

Verset Malheur à moi - Marceline Desbordes-Valmore