Le cri du cœur

Sonnet.

Rondement, Mathurin
Mène dans sa carriole
La Dame qui s’affole
De filer d’un tel train.

Elle crie au trépas!
Le vieux dit :  » Not’ maîtresse,
N’ soyez point en détresse
Puisque moi j’y suis pas.

Si yavait du danger
Vous m’ verriez m’affliger
Tout comm’ vous, encor pire!

Pac’que, j’ m’en vas vous dire :
J’ tiens à vos jours, mais j’ tiens
P’têt’ encor plus aux miens. « 


Verset Le cri du cœur - Maurice Rollinat