Une voix du ciel

Je suis l’astre des nuits. Je brille, pâle et blanche,
Sur la feuille qui tremble au sommet d’une branche,
Sur le ruisseau qui dort, sur les lacs, bien plus beaux
Quand mes voiles d’argent s’étendent sur leurs eaux.
Mes rayons vont chercher les fleurs que je préfère,
Et font monter au ciel les parfums de la terre ;
Je donne la rosée au rameau desséché,
Que l’ardeur du soleil a, sur le sol, penché.
Sitôt que je parais, tout se tait et repose,
L’homme quitte les champs, et l’abeille la rose :
Plus de bruit dans les airs, plus de chant dans les bois ;
Devant mon doux regard nul n’élève sa voix,
De la terre ou du ciel aucun son ne s’élance,
J’arrive avec la nuit, et je règne en silence!
Je cache mes rayons quand le cri des hiboux
Vient troubler mon repos et mon calme si doux.

Je suis l’astre des nuits ; je brille, pâle et blanche,
Sur le cœur attristé, sur le front qui se penche,
Sur tout ce qui gémit, sur tout ce qui se plaint,
Sur tous les yeux en pleurs qu’aucun sommeil n’atteint.

Quelques heureux, parfois, me donnent un sourire,
S’aiment, et devant moi trouvent doux de le dire ;
J’écoute avec bonheur leurs longs serments d’amour,
Je leur promets tout bas de n’en rien dire au jour.
Mais les plus beaux rayons de mon blanc diadème
Sont pour vous qui souffrez!… C’est vous surtout que j’aime
Donnez-moi vos soupirs et donnez-moi vos pleurs ;
Laissez-moi deviner vos secrètes douleurs,
Le rêve inachevé qui n’a point de parole,
Que nul ne sut jamais et que nul ne console!
J’ai pour les cœurs brisés, ainsi que pour les fleurs,
Une fraîche rosée endormant les douleurs.
Écoutez-moi ce soir, vous saurez un mystère
Ignoré jusqu’ici du reste de la terre,
Secret que je révèle à ceux de mes élus,
Qui m’ont le plus aimée et qui rêvent le plus.

Je vous dirai pourquoi je brille, pâle et blanche,
Sur le cœur attristé, sur le front qui se penche,
Sur tout ce qui gémit, sur tout ce qui se plaint,
Sur tous les yeux en pleurs qu’aucun sommeil n’atteint.

Votre vie, ici-bas, est un triste voyage,
Dont le ciel, où je suis, est le port, le rivage ;
Elle a bien des écueils, la route où vous passez…
Et vous n’arrivez pas sans vous être blessés!
Vous n’abordez pas tous sur la céleste plage,
Ceux qui se sont souillés demeurent à l’écart ;
Coupables et souffrants, dans une morne attente,
Ils s’arrêtent au seuil du séjour où l’on chante.
Un ange, dont les pleurs voilent le doux regard,
Leur barre le chemin et murmure :  » Plus tard!  »
– Parmi ces exilés traînant au loin leur chaîne,
Parmi les longs sanglots de ces âmes en peine,
Errantes loin de Dieu, du soleil et du jour,
Moi, je prends en pitié les coupables d’amour.
J’appelle auprès de moi ces Âmes de la terre,
Qu’un Dieu juste éloigna du séjour de lumière,
Parce qu’en sa présence elles gardaient encor
Un souvenir d’amour, au delà de leur mort.
Je leur donne ma nuit, mes rayons, mes étoiles,
Je donne à leur exil l’abri de mes longs voiles,
Et les larmes, le soir, qui coulent de leurs yeux,
Semblent à vos regards des étoiles des cieux ;
Ce ne sont que des pleurs… des pleurs d’âmes souffrantes,
Qui, la nuit, dans l’espace avec moi sont errantes.

Vous, encor sur la terre où s’agitent vos cœurs,
Levez les yeux vers moi! j’ai près de moi vos sœurs.
Oh! veillez bien sur vous… et priez bien pour elles!
Entendez-vous leurs pleurs? car si mes nuits sont belles,
Pourtant Dieu n’est pas là! le seul repos, c’est Lui…
Il fait jour près de Dieu, – je ne suis que la nuit!

Je vous ai dit pourquoi je brille pâle et blanche
Sur le cœur attristé, sur le front qui se penche,
Sur tout ce qui gémit, sur tout ce qui se plaint,
Sur tous les yeux en pleurs qu’aucun sommeil n’atteint.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)

Verset Une voix du ciel - Sophie d'Arbouville