La voix d’une mère

Enfant qui seras femme,
N’ouvre jamais ton âme
Qu’aux modestes vertus ;
Que ta charité sainte
Berce et calme la plainte
Des esprits abattus!

Que ta pure espérance
Relève la souffrance,
Que ton hymne de foi,
Comme une chaste offrande,
Monte au ciel et répande
La paix autour de toi.

Sois l’ange qui console ;
De ta douce parole
Prodigue le secours ;
Au malheur tends l’oreille,
Près du malade veille
Et près du pauvre accours
D’une mère qui t’aime
Dieu voulut te bénir,
Laisse-la pour toi-même
Disposer l’avenir.

Travaille, prie et chante!
Le travail t’ennoblit,
La foi te rend touchante,
La gaîté t’embellit!

Et si Dieu t’a douée
D’un esprit noble et grand,
Sois humble et dévouée,
Sois belle en l’ignorant.

Laisse à l’homme la gloire,
Les triomphes, le bruit,
Pour nous, aimer et croire
Au bonheur nous conduit.

Coule une vie obscure
Que le devoir remplit ;
L’onde à l’ombre est plus pure,
Rien ne trouble son lit.


Verset La voix d’une mère - Louise Colet