Sur la naissance du comte de Paris

De tant de jours de deuil, de crainte et d’espérance,
De tant d’efforts perdus, de tant de maux soufferts,
En es-tu lasse enfin, pauvre terre de France,
Et de tes vieux enfants l’éternelle inconstance
Laissera-telle un jour le calme à l’univers?

Comprends-tu tes destins et sais-tu ton histoire?
Depuis un demi-siècle as-tu compté tes pas?
Est-ce assez de grandeur, de misère et de gloire,
Et, sinon par pitié, pour ta propre mémoire,
Par fatigue du moins t’arrêteras-tu pas?

Ne te souvient-il plus de ces temps d’épouvante
Où de quatre-vingt-neuf résonna le tocsin?
N’était-ce pas hier, et la source sanglante
Où Paris baptisa sa liberté naissante,
La sens-tu pas encor qui coule de ton sein?

A-t-il rassasié ta fierté vagabonde,
A-t-il pour les combats assouvi ton penchant,
Cet homme audacieux qui traversa le monde,
Pareil au laboureur qui traverse son champ,
Armé du soc de fer qui déchire et féconde?

S’il te fallait alors des spectacles guerriers,
Est-ce assez d’avoir vu l’Europe dévastée,
De Memphis à Moscou la terre disputée,
Et l’étranger deux fois assis à nos foyers,
Secouant de ses pieds la neige ensanglantée?

S’il te faut aujourd’hui des éléments nouveaux,
En est-ce assez pour toi d’avoir mis en lambeaux
Tout ce qui porte un nom, gloire, philosophie,
Religion, amour, liberté, tyrannie,
D’avoir fouillé partout, jusque dans les tombeaux?

En est-ce assez pour toi des vaines théories,
Sophismes monstrueux dont on nous a bercés,
Spectres républicains sortis des temps passés,
Abus de tous les droits, honteuses rêveries
D’assassins en délire ou d’enfants insensés?

En est-ce assez pour toi d’avoir, en cinquante ans,
Vu tomber Robespierre et passer Bonaparte,
Charles dix pour l’exil partir en cheveux blancs,
D’avoir imité Londres, Athènes, Rome et Sparte ;
Et d’être enfin Français n’est-il pas bientôt temps?

Si ce n’est pas assez, prends ton glaive et ta lance.
Réveille tes soldats, dresse tes échafauds ;
En guerre! et que demain le siècle recommence,
Afin qu’un jour du moins le meurtre et la licence
Repus de notre sang, nous laissent le repos!

Mais, si Dieu n’a pas fait la souffrance inutile,
Si des maux d’ici-bas quelque bien peut venir,
Si l’orage apaisé rend le ciel plus tranquille,
S’il est vrai qu’en tombant sur un terrain fertile
Les larmes du passé fécondent l’avenir ;

Sache donc profiter de ton expérience,
Toi qu’une jeune reine, en ses touchants adieux,
Appelait autrefois plaisant pays de France!
Connais-toi donc toi-même, ose donc être heureux,
Ose donc franchement bénir la Providence!

Laisse dire à qui veut que ton grand cœur s’abat,
Que la paix t’affaiblit, que tes forces s’épuisent :
Ceux qui le croient le moins sont ceux qui te le disent.
Ils te savent debout, ferme, et prête au combat ;
Et, ne pouvant briser ta force, ils la divisent.

Laisse-les s’agiter, ces gens à passion,
De nos vieux harangueurs modernes parodies ;
Laisse-les étaler leurs froides comédies,
Et, les deux bras croisés, te prêcher l’action.
Leur seule vérité, c’est leur ambition.

Que t’importent des mots, des phrases ajustées?
As-tu vendu ton blé, ton bétail et ton vin?
Es-tu libre? Les lois sont-elles respectées?
Crains-tu de voir ton champ pillé par le voisin?
Le maître a-t-il son toit, et l’ouvrier son pain?

Si nous avons cela, le reste est peu de chose.
Il en faut plus pourtant ; à travers nos remparts,
De l’univers jaloux pénètrent les regards.
Paris remplit le monde, et, lorsqu’il se repose,
Pour que sa gloire veille, il a besoin des arts.

Où les vit-on fleurir mieux qu’au siècle où nous sommes?
Quand vit-on au travail plus de mains s’exercer?
Quand fûmes-nous jamais plus libres de penser?
On veut nier en vain les choses et les hommes :
Nous aurons à nos fils une page à laisser.

Le bruit de nos canons retentit aujourd’hui ;
Que l’Europe l’écoute, elle doit le connaître!
France, au milieu de nous un enfant vient de naître,
Et, si ma faible voix se fait entendre ici,
C’est devant son berceau que je te parle ainsi.

Son courageux aïeul est ce roi populaire
Qu’on voit depuis huit ans, sans crainte et sans colère,
En pilote hardi nous montrer le chemin.
Son père est près du trône, une épée à la main ;
Tous les infortunés savent quelle est sa mère.

Ce n’est qu’un fils de plus que le ciel t’a donné,
France, ouvre-lui tes bras sans peur, sans flatterie ;
Soulève doucement ta mamelle meurtrie,
Et verse en souriant, vieille mère patrie,
Une goutte de lait à l’enfant nouveau-né.


Verset Sur la naissance du comte de Paris - Alfred de Musset