La naissance du duc de Bordeaux

Le ciel… prodigue en leur faveur les miracles.
La postérité de Joseph rentre dans la terre de Gessen ;
Et cette conquête, due aux larmes des vainqueurs,
Ne coûte pas une larme aux vaincus.
Chateaubriand, Martyrs.

I.

Savez-vous, voyageur, pourquoi, dissipant l’ombre,
D’innombrables clartés brillent dans la nuit sombre?
Quelle immense vapeur rougit les cieux couverts?
Et pourquoi mille cris, frappant la nue ardente,
Dans la ville, au loin rayonnante,
Comme un concert confus, s’élèvent dans les airs?

II.

Ô joie! ô triomphe! ô mystère!
Il est né, l’enfant glorieux,
L’ange que promit à la terre
Un martyr partant pour les cieux :
L’avenir voilé se révèle.
Salut à la flamme nouvelle
Qui ranime l’ancien flambeau!
Honneur à ta première aurore,
Ô jeune lys qui viens d’éclore,
Tendre fleur qui sors d’un tombeau!

C’est Dieu qui l’a donné, le Dieu de la prière.
La cloche, balancée aux tours du sanctuaire,
Comme aux jours du repos, y rappelle nos pas.
C’est Dieu qui l’a donné, le Dieu de la victoire!
Chez les vieux martyrs de la gloire
Les canons ont tonné, comme au jour des combats.

Ce bruit, si cher à ton oreille,
Joint aux voix des temples bénis,
N’a-t-il donc rien qui te réveille,
Ô toi qui dors à Saint-Denis?
Lève-toi! Henri doit te plaire
Au sein du berceau populaire ;
Accours, ô père triomphant!
Enivre sa lèvre trompée,
Et viens voir si ta grande épée
Pèse aux mains du royal enfant.

Hélas! il est absent, il est au sein des justes.
Sans doute, en ce moment, de ses aïeux augustes
Le cortège vers lui s’avance consolé :
Car il rendit, mourant sous des coups parricides,
Un héros à leurs tombes vides,
Une race de rois à leur trône isolé.

Parmi tous ces nobles fantômes,
Qu’il élève un front couronné,
Qu’il soit fier dans les saints royaumes,
Le père du roi nouveau-né!
Une race longue et sublime
Sort de l’immortelle victime ;
Tel un fleuve mystérieux,
Fils d’un mont frappé du tonnerre,
De son cours fécondant la terre,
Cache sa source dans les cieux.

Honneur au rejeton qui deviendra la tige!
Henri, nouveau Joas, sauvé par un prodige,
À l’ombre de l’autel croîtra vainqueur du sort ;
Un jour, de ses vertus notre France embellie,
À ses sœurs, comme Cornélie,
Dira : ” Voilà mon fils, c’est mon plus beau trésor. “

III.

Ô toi, de ma pitié profonde
Reçois l’hommage solennel,
Humble objet des regards du monde
Privé du regard paternel!
Puisses-tu, né dans la souffrance,
Et de ta mère et de la France
Consoler la longue douleur!
Que le bras divin, t’environne,
Et puisse, ô Bourbon! la couronne
Pour toi ne pas être un malheur!

Oui, souris, orphelin, aux larmes de ta mère!
Ecarte, en te jouant, ce crêpe funéraire
Qui voile ton berceau des couleurs du cercueil ;
Chasse le noir passé qui nous attriste encore ;
Sois à nos yeux comme une aurore!
Rends le jour et la joie à notre ciel en deuil!

Ivre d’espoir, ton roi lui-même,
Consacrant le jour où tu nais,
T’impose, avant le saint baptême,
Le baptême du Béarnais.
La veuve t’offre à l’orpheline ;
Vers toi, conduit par l’héroïne,
Vient ton aïeul en cheveux blancs ;
Et la foule, bruyante et fière,
Se presse à ce Louvre, où naguère,
Muette, elle entrait à pas lents.

Guerriers, peuple, chantez ; Bordeaux, lève ta tête,
Cité qui, la première, aux jours de la conquête,
Rendue aux fleurs de lys, as proclamé ta foi.
Et toi, que le martyr aux combats eût guidée,
Sors de ta douleur, ô Vendée!
Un roi naît pour la France, un solda naît pour toi.

IV.

Rattachez la nef à la rive :
La veuve reste parmi nous,
Et de sa patrie adoptive
Le ciel lui semble enfin plus doux.
L’espoir à la France l’enchaîne ;
Aux champs où fut frappé le chêne
Dieu fait croître un frêle roseau.
L’amour retient l’humble colombe ;
Il faut prier sur une tombe,
Il faut veiller sur un berceau.

Dis, qu’irais-tu chercher au lieu qui te vit naître,
Princesse? Parthénope outrage son vieux maître :
L’étranger, qu’attiraient des bords exempts d’hivers
Voit Palerme en fureur, voit Messine en alarmes,
Et, plaignant la Sicile en armes,
De ce funèbre éden fuit les sanglantes mers.

Mais que les deux volcans s’éveillent!
Que le souffle du Dieu jaloux
Des sombres géants qui sommeillent
Rallume enfin l’ardent courroux ;
Devant les flots brûlants des laves
Que seront ces hautains esclaves,
Ces chefs d’un jour, ces grands soldats?
Courage! ô vous, vainqueurs sublimes!
Tandis que vous marchez aux crimes,
La terre tremble sous vos pas!

Reste au sein des français, ô fille de Sicile!
Ne fuis pas, pour des bords d’où le bonheur s’exile,
Une terre où le lys se relève immortel ;
Où du peuple et des rois l’union salutaire
N’est point cet hymen adultère
Du trône et des partis, des camps et de l’autel.

V.

Nous, ne craignons plus les tempêtes!
Bravons l’horizon menaçant!
Les forfaits qui chargeaient nos têtes
Sont rachetés par l’innocent!
Quand les nochers, dans la tourmente,
Jadis, voyaient l’onde écumante
Entr’ouvrir leurs frêle vaisseau,
Sûrs de la clémence éternelle,
Pour sauver la nef criminelle
Ils y suspendaient un berceau.

Octobre 1820.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Verset La naissance du duc de Bordeaux - Victor Hugo