Jocelyn, le 16 septembre 1793

Mon cœur me l’avait dit : toute âme est sœur d’une âme ;
Dieu les créa par couple et les fit homme ou femme ;
Le monde peut en vain un temps les séparer,
Leur destin tôt ou tard est de se rencontrer ;
Et quand ces sœurs du ciel ici-bas se rencontrent,
D’invincibles instincts l’une à l’autre les montrent ;
Chaque âme de sa force attire sa moitié,
Cette rencontre, c’est l’amour ou l’amitié,
Seule et même union qu’un mot différent nomme,
Selon l’être et le sexe en qui Dieu la consomme,
Mais qui n’est que l’éclair qui révèle à chacun
L’être qui le complète, et de deux n’en fait qu’un.

Quand il a lui, le feu du ciel est moins rapide,
L’œil ne cherche plus rien, l’âme n’a plus de vide,
Par l’infaillible instinct le cœur soudain frappé,
Ne craint pas de retour, ni de s’être trompé,
On est plein d’un attrait qu’on n’a pas senti naître,
Avant de se parler on croit se reconnaître,
Pour tous les jours passés on n’a plus un regard,
On regrette, on gémit de s’être vu trop tard,
On est d’accord sur tout avant de se répondre,
L’âme de plus en plus aspire à se confondre ;
C’est le rayon du Ciel, par l’eau répercuté,
Qui remonte au rayon pour doubler sa clarté ;
C’est le son qui revient de l’écho qui répète,
Seconde et même voix, à la voix qui le jette ;
C’est l’ombre qu’avec nous le soleil voit marcher,
Sœur du corps, qu’à nos pas on ne peut arracher.

De la Grotte, 16 septembre 1793.


Verset Jocelyn, le 16 septembre 1793 - Alphonse de Lamartine