Jocelyn, le 20 juillet 1800

O vraie et lamentable image de la vie!
La joie entre par où la douleur est sortie!
Le bonheur prend le lit d’où fuit le désespoir!
À ce qui naît le jour Dieu fait place le soir ;
La coupe de la vie a toujours même dose,
Mais une main la prend quand l’autre la dépose,
Hélas! et si notre œil pouvait parfois sonder
Ces coupes de bonheur qui semblent déborder,
Ne trouverions-nous pas que chaque joie humaine
Des cendres et des pleurs d’un autre est toujours pleine?

Du village de sa naissance, le 20 juillet 1800.


Verset Jocelyn, le 20 juillet 1800 - Alphonse de Lamartine