La jalousie

Mélancolie est au fond de mon cœur ;
De chants joyeux n’ai pas la fantaisie ;
Plaintes, soupirs, accents de la douleur,
Voilà les chants de la mélancolie.
Cesse, ô ma voix! cesse de soupirer
Chanson d’amour où peignais mon martyre :
À d’autres vers j’ai vu Daphné sourire.
Tais-toi, ma lyre! Ah! laisse-moi pleurer!

Plus ne prétends en langage des dieux
Chanter Daphné, chanter ma vive flamme :
Chanson d’amour irait jusqu’à ses yeux ;
Chanson d’amour n’irait plus à son âme.
Hier encor l’entendais assurer
Qu’un seul berger faisait chanson jolie :
C’est mon rival. Toi, que l’ingrate oublie,
Tais-toi, ma lyre! Ah! laisse-moi pleurer!

Si bien sentir vaut mieux que bien chanter,
Si bien aimer vaut mieux que bien le dire,
Las! mieux que moi pouvait-on mériter
Le seul suffrage auquel ma muse aspire?
Mais nouveauté, je le veux déclarer,
Séduit souvent la plus sage bergère.
Puisque Daphné comme une autre est légère,
Tais-toi, ma lyre! Ah! laisse-moi pleurer!

Quoi, vous allez la chercher malgré moi,
Vers indiscrets, enfants de jalousie!
Daphné vous lit : dieux! quel est mon effroi!
Daphné sourit : dieux! ma peine est finie!
Plus la douleur ne me doit tourmenter ;
À mon rival retournez, ma tristesse.
Mes vers encor plairaient à ma maîtresse?
Tais-toi, chagrin! Ah! laisse-moi chanter!

Écrit en 1789.

Verset La jalousie - Antoine-Vincent Arnault