Le carrosse et la charrette

Fable X, Livre IV.

 » Ma sœur, vois-tu là-bas, là-bas,
Vois-tu ce tourbillon s’élever sur la route!
Comme il grossit! vers nous comme il vient à grands pas!
Que nous annonce-t-il? un carrosse sans doute.  »
 » – Oui, mon frère, et celui d’un prince assurément.  »
 » – Ah! dis plutôt du roi ; car très distinctement
Je vois d’ici ses équipages,
Ses gardes-du-corps, ses courriers,
Ses postillons, ses écuyers,
Ses chiens, et même aussi ses pages.  »
Pendant que le frère et la sœur,
Enfants plus hommes qu’on ne pense,
Jugeaient ainsi sur l’apparence,
Le poudreux tourbillon de plus en plus s’avance,
Et permet à leurs yeux d’en percer l’épaisseur.
Produit par un cortège en sa course rapide,
Que cachait-il? C’étaient, je ne puis le nier,
C’étaient les ânes d’un meunier,
Qui galopaient autour de sa charrette vide.
Je vous laisse à penser quel fut l’étonnement,
J’allais presque dire la honte,
De nos pauvres petits en voyant leur mécompte.
Le père en rit d’abord ; et puis, très sensément :
 » Votre erreur, leur dit-il, n’était pas si grossière.
Les grands et les petits ne diffèrent pas tant
Que vous pensez ; maint fait le prouve à chaque instant.
Rien surtout, mes amis, ne se ressemble autant
Que les hommes dans la poussière. « 


Verset Le carrosse et la charrette - Antoine-Vincent Arnault