À Madame X

(En lui envoyant une pensée.)

Au temps où vous m’aimiez (bien sûr?),
Vous m’envoyâtes, fraîche éclose,
Une chère petite rose,
Frais emblème, message pur.

Elle disait en son langage
Les ” serments du premier amour “,
Votre coeur à moi pour toujours
Et toutes les choses d’usage.

Trois ans sont passés. Nous voilà!
Mais moi j’ai gardé la mémoire
De votre rose, et c’est ma gloire
De penser encore à cela.

Hélas! si j’ai la souvenance,
Je n’ai plus la fleur, ni le coeur!
Elle est aux quatre vents, la fleur.
Le coeur? mais, voici que j’y pense,

Fut-il mien jamais? entre nous?
Moi, le mien bat toujours de même,
Il est toujours simple. Un emblème
A mon tour. Dites, voulez-vous

Que, tout pesé, je vous envoie,
Triste sélam, mais c’est ainsi,
Cette pauvre négresse-ci?
Elle n’est pas couleur de joie,

Mais elle est couleur de mon coeur ;
Je l’ai cueillie à quelque fente
Du pavé captif que j’arpente
En ce lieu de juste douleur.

A-t-elle besoin d’autres preuves?
Acceptez-la pour le plaisir.
J’ai tant fait que de la cueillir,
Et c’est presque une fleur-des-veuves.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Verset À Madame X - Paul Verlaine