À sa maîtresse

La lune est coutumière
De naître tous les mois :
Mais quand notre lumière
Est éteinte une fois,
Sans nos yeux réveiller,
Faut longtemps sommeiller.

Tandis que vivons ores,
Un baiser donnez-moi,
Donnez-m’en mille encore,
Amour n’a point de loi :
A sa divinité
Convient l’infinité.

En vous baisant, Maîtresse,
Vous m’avez entamé
La langue chanteresse
De votre nom aimé.
Quoi! est-ce là le prix
Du travail qu’elle a pris?

Elle, par qui vous êtes
Déesse entre les Dieux,
Qui vos beautés parfaites
Célébrait jusqu’aux Cieux,
Ne faisant l’air, sinon
Bruire de votre nom?

De votre belle face,
Le beau logis d’Amour,
Où Vénus et la Grâce
Ont choisi leur séjour,
Et de votre œil qui fait
Le soleil moins parfait ;

De votre sein d’ivoire
Par deux ondes secous (1)
Elle chantait la gloire,
Ne chantant rien que vous :
Maintenant en saignant,
De vous se va plaignant.

Las! de petite chose
Je me plains sans raison,
Non de la plaie enclose
Au cœur sans guérison,
Que l’Archerocux
M’y tira de vos yeux.

1. Secous : Secoué.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)

Verset À sa maîtresse - Pierre de Ronsard