Passion malheureuse

J’ai mal placé mon cœur, j’aime l’enfant d’un autre ;
Et c’est pour m’exploiter qu’il fait le bon apôtre,
Ce petit traître! Je le sais.
Sa mère, quand je viens, me devine, et l’appelle,
Sentant que je suis là pour lui plus que pour elle,
Mais elle ne m’en veut jamais.

Le marmot prend alors sa voix flûtée et tendre
(Les enfants ont deux voix) et dit, sans la comprendre,
Sa fable, avec expression ;
Puis il me fait ranger des soldats sur la table,
Et m’obsède, et je trouve un plaisir ineffable
À sa gentille obsession.

Je m’y laisse duper toutes les fois : j’espère
Qu’à force de bonté je serai presque un père :
Ne dit-il pas qu’il m’aime bien?
Mais voici tout à coup le vrai père, ô disgrâce!
L’enfant court, bat des mains, lui saute au cou, l’embrasse,
Et le pauvre oncle n’est plus rien.

Verset Passion malheureuse - René-François Sully Prudhomme