L’historien

Parfois l’historien qui sonde
Les grands règnes évanouis,
Ou sur les horizons du monde
Fixe ses regards éblouis,

Voyant dans quelle nuit profonde
Les esprits dormaient enfouis ;
Et quelle tempête féconde
Les fit surgir épanouis,

Cet homme enthousiaste pleure!
Superbe, impatient de l’heure
Où l’ignorance doit périr,

Il crie en sa sainte colère :
 » Ô Révolution, ma mère,
Que vous étiez lente à venir! « 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)

Verset L’historien - Jean Aicard