Sans l’oublier

Sans l’oublier on peut fuir ce qu’on aime,
On peut bannir son nom de ses discours,
Et de l’absence implorant le secours,
Se dérober à ce maître suprême,
Sans l’oublier!

Sans l’oublier j’ai vu l’eau dans sa course,
Porter au loin la vie à d’autres fleurs :
Fuyant alors le gazon sans couleurs,
J’imitai l’eau fuyant loin de la source,
Sans l’oublier!

Sans oublier une voix triste et tendre,
Oh! que de jours j’ai vu naître et finir!
Je la redoute encor dans l’avenir :
C’est une voix que l’on cesse d’entendre,
Sans l’oublier!


Verset Sans l’oublier - Marceline Desbordes-Valmore