L’étoile qui file

Petite étoile, au sein des vastes cieux,
Toi que suivaient et mon cœur et mes yeux,
Toi dont j’aimais la lumière timide,
Où t’en vas-tu dans ta course rapide?
Ah! j’espérais que, dans ce ciel d’azur,
Du moins pour toi le repos était sûr.
Pourquoi t’enfuir, mon étoile chérie?
Pourquoi quitter le ciel de ma patrie?

Mon cœur connut le bonheur et l’amour :
Amour, bonheur, tout n’a duré qu’un jour.
Près d’un ami, je cherchai l’espérance…
Et mon ami m’oublia dans l’absence!
Le cœur brisé, j’aimais encor les fleurs,
Quand je les vis se faner sous mes pleurs ;
Au ciel alors, pour n’être plus trahie,
J’avais aimé…. l’étoile qui m’oublie!

Adieux à toi, belle étoile du soir!
Adieux à toi, toi, mon dernier espoir!…
Errante au ciel comme moi sur la terre,
En d’autres lieux va briller ta lumière.
Rien n’est constant pour moi que la douleur,
Rien ici-bas n’a voulu de mon cœur ;
Autour de moi, tout est sombre et se voile,
Et tout me fuit… même au ciel, une étoile!


1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)

Verset L’étoile qui file - Sophie d'Arbouville