Ne vous croyez ni grand, ni petit

Ne vous croyez ni grand, ni petit! Contemplez.
Asseyez-vous le soir sous les cieux étoilés,
Sur le penchant d’un mont, près de la mer profonde.
Voyez s’évanouir les écumes sur l’onde ;

Voyez sortir des flots les constellations ;
Regardez trembler l’algue et fuir les alcyons ;
Écoutez les bruits sourds qu’on entend dans cette ombre ;
De vos ans écoulés rappelez-vous le nombre ;

Laissez votre âme, en deuil de la fuite des jours,
Se fondre au souvenir de vos jeunes amours ;
Pleurez, tandis que l’eau murmure sur la grève ;
Et puis, songez à Dieu, qui regarde et qui rêve,

Toujours clément, toujours penché, toujours veillant,
À Dieu qui du même oeil égal et bienveillant
Voit la comète ouvrant sa flamboyante queue,
Et l’humble oiseau perdu dans l’immensité bleue.

Le 28 juillet 1846.


Verset Ne vous croyez ni grand, ni petit - Victor Hugo