Jeune bacchante

A quoi donc rêves-tu, ma gentille bacchante,
Nonchalamment couchée à l’ombre de ce bois?
Quel est le grand objet qui t’occupe? Ah! Je vois,
Tu lis la plus belle œuvre et la plus éloquente.

Un nid plein d’œufs mignons! La trouvaille est piquante.
Ce livre merveilleux, que feuillettent tes doigts,
T’apprend que les oiseaux d’Amour suivent les lois ;
Tu tiens de leurs ardeurs la preuve convaincante.

Médite, j’y consens. Ces mystères sont doux.
Le nid qu’ils ont construit fait songer aux époux,
Puis les œufs font songer à la mère couveuse.

Et toi peut-être aussi tu couves dans ton sein,
Pour qu’il éclose un jour, quelque amoureux dessein,
Et c’est pourquoi ce nid te rend toute rêveuse.


Verset Jeune bacchante - Amédée Pommier