Au mois d’avril quand l’an se renouvelle

Au mois d’avril, quand l’an se renouvelle,
L’aube ne sort si fraîche de la mer :
Ni hors des flots la déesse (1) d’aimer
Ne vint à Cypre en sa conque si belle,

Comme je vis la beauté que j’appelle
Mon astre saint, au matin s’éveiller,
Rire le ciel, la terre s’émailler,
Et les Amours voler à l’entour d’elle.

Amour, Jeunesse, et les Grâces qui sont
Filles du ciel lui pendaient sur le front :
Mais ce qui plus redoubla mon service (2),

C’est qu’elle avait un visage sans art.
La femme laide est belle d’artifice,
La femme belle est belle sans du fard.

1. Vénus, née de l’écume de la mer.
2. M’assujettit davantage à son service.

Verset Au mois d’avril quand l’an se renouvelle - Pierre de Ronsard