À ceux qui dorment

Réveillez-vous, assez de honte!
Bravez boulets et biscayens.
Il est temps qu’enfin le flot monte.
Assez de honte, citoyens!
Troussez les manches de la blouse.
Les hommes de quatre-vingt-douze
Affrontaient vingt rois combattants.
Brisez vos fers, forcez vos geôles!
Quoi! vous avez peur de ces drôles!
Vos pères bravaient les titans!

Levez-vous! foudroyez et la horde et le maître!
Vous avez Dieu pour vous et contre vous le prêtre
Dieu seul est souverain.
Devant lui nul n’est fort et tous sont périssables.
Il chasse comme un chien le grand tigre des sables
Et le dragon marin ;
Rien qu’en soufflant dessus, comme un oiseau d’un arbre,
Il peut faire envoler de leur temple de marbre
Les idoles d’airain.

Vous n’êtes pas armés? qu’importe!
Prends ta fourche, prends ton marteau!
Arrache le gond de ta porte,
Emplis de pierres ton manteau!
Et poussez le cri d’espérance!
Redevenez la grande France!
Redevenez le grand Paris!
Délivrez, frémissants de rage,
Votre pays de l’esclavage,
Votre mémoire du mépris!

Quoi! faut-il vous citer les royalistes même?
On était grand aux jours de la lutte suprême.
Alors, que voyait-on?
La bravoure, ajoutant à l’homme une coudée,
Etait dans les deux camps. N’est-il pas vrai, Vendée,
Ô dur pays breton?
Pour vaincre un bastion, pour rompre une muraille,
Pour prendre cent canons vomissant la mitraille.
Il suffit d’un bâton!

Si dans ce cloaque ou demeure,
Si cela dure encore un jour,
Si cela dure encore une heure,
Je brise clairon et tambour,
Je flétris ces pusillanimes,
Ô vieux peuple des jours sublimes,
Géants à qui nous les mêlions,
Je les laisse trembler leurs fièvres,
Et je déclare que ces lièvres
Ne sont pas vos fils, ô lions!

Jersey, le 15 janvier 1853.

Verset À ceux qui dorment - Victor Hugo