Quand l’âge, à me fondre en débris

Contrerime LXIX.

Quand l’âge, à me fondre en débris,
Vous-même aura glacée
Qui n’avez su de ma pensée
Me sacrer les abris ;

Qui, du saut des boucs profanée,
Pareille sécherez
A l’herbe dont tous les attraits,
C’est une matinée ;

Quand vous direz :  » Où est celui
De qui j’étais aimée?  »
Embrasserez-vous la fumée
D’un nom qui passe et luit?


Verset Quand l’âge, à me fondre en débris - Paul-Jean Toulet